Plantes et botanique

Espèces

connues : 0

décrites : 0

taux : 0 %

Aristolochia, L. , Sp. Pl. 960 (1753).

Synonymie Hocquartia, Isotrema, Pararistolochia

Description

Distribution

Le genre est presque cosmopolite.

Description

Il s'agit de plantes herbacées vivaces ou d'arbustes, plus rarement de sous-arbrisseaux ou de lianes, caducs ou persistants, normalement grimpants et frequement volubiles. Les racines sont frequemment tubéreuses.

Les feuilles simples et alternes, petiolées, sont entières ou composées de 3-7 lobes, pinnanervées à palmatinervées, et dépourvues de stipules.

Les fleurs (FF = [ (3S) + (6E + (6C)) ]) , parfois solitaires, sont axillaires, plus ou moins zygomorphes et bisexuées. Le périanthe se compose de 3 sépales unisériés soudés, formant à la base en un tube plus ou moins évasé, parfois courbé. Il y a 6 étamines disposées sur 1 seul verticille, dépourvues de filets et aux anthères extrorses. Soudées au style, elles forment un gynostème. L'ovaire, infère, possède 6 carpelles soudés.
Ces fleurs sont souvent très parfumées, et ont développées un mécanisme intéressant de pollinisation. D'abord fonctionnellement femelle, elles attirent de nombreux petits insectes volants qui accèdent facilement au gynostème. En revanche, les poils du tube périanthaire s'opposent à leur sortie de la fleur. Prisonniers dans l'ampoule périanthaire, ils entrent en contact avec les lobes réceptifs du stigmate, ils y déposent leur pollen. Puis, les anthères s'ouvrent, les insectes reçoivent le pollen de la fleur, dont ils pourront assurer le transfert, car, entre temps, les poils périanthaires qui empêchaient leur sortie se sont flétris.

Le fruit est une capsule, généralement à 6 valves, à dehiscence apicale ou basale, rarement indéhiscente. Les graines, planes à planes convexes, avec ou sans ailes latérales, possédent un funicule charnu.

Informations complémentaires

Il s'agit de plantes connues depuis l'Antiquité, certaines ont été utilisées pour faciliter les accouchements, d'où le nom de ce genre, provenant du grec aristos, le mieux, et lochein, accouchement.

Illustrations

  • illusFig. 1 : Aristolochia littoralis, aspect extérieur de la fleur de profil et de face
  • illusFig. 2 : Aristolochia clematitis, coupe longitudinale de la fleur et détail de l'androcée et du gynécée
  • illusFig. 3 : Aristolochia galeata, détail du fruit et sa coupe transversale
  • illusFig. 4 : Aristolochia sp., diagramme floral

Les espèces du genre

Filtrer les espèces

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Aristolochia serpentaria

L. , Sp. Pl. 961.

filter reset
Syn. : Aristolochia convolvulacea, A. hastata, A. nashii

Distribution

Amérique tempérée (sud-est de l'Amérique du nord : du nord de la Floride et du Texas jusqu'à l'Illinois et en Pennsylvanie). Forêts semi-sèches, jusqu'à 1300 m.

Description

Vivace dressée (haut : 60 cm), aux tiges glabres ou hispides. Feuilles lancéolées à ovales (long : 5-15 cm, large : 1-5 cm), à la base tronquée à cordée, à l'apex aigu à acuminé, et au pétiole glabre (long : 0,5-3,5 cm). Fleurs zygomorphes, au périanthe brun pourpre, au tube courbé (long : 10 mm), avec une utricule basale ovoide, et au limbe trilobé, au gymnostème trilobé, groupées en racèmes axillaires, avec des bractées lancéolées. Capsules globuleuses (long : 0,8-2 cm, large : 1-2 cm), à dehiscence basale.

Informations

Le rhizome seché, riche en acide aristolochique, est un tonique naturel et populaire, bien que consommé à forte dose, il puisse provoquer des crises gastriques et des paralysies respiratoires. Plusiers tribus amerindiennes utilisaient cette plante pour traiter certains rhumatismes et douleurs diverses, et aussi comme vermifuge.
  • Aristolochia serpentaria